[Inde #2] A la découverte du Yoga à Rishikesh

Pétunia est partie le 16 février 2018 pour un an en Asie, seule avec son sac à dos ! Elle nous raconte les trois semaines qu'elle vient de passer à Rishikesh, après avoir passé ses deux premières semaines à étudier l'anglais à Dehradun. Voici son récit illustré de ses photos.

 

Le 1er avril 2018

 

Situer Rishikesh

 

Etat : Uttarakhand
Région culturelle : Garhwal
Population : 100 000 hab.
Altitude : 400 m
Période : 20 jours début de mars

Température : 25-32°J / 15°N
 

Y aller de Dehradun : bus jusqu’à « old station » (1h30 – 55 Rs/70 Cents) puis Riskhaw pour rejoindre Ram Jhula / Pont (150 Rs/1,90 € mais on peut certainement trouver moins cher… notamment en prenant un Vikram)

 

Premiers pas à Rishikesh


Capitale mondiale du yoga autoproclamée, Rishikesh m’est apparue resplendissante à la traversée de Jahma Jhula, pont suspendu piéton emprunté par autant de motorbikes agitées et de paisibles vaches…


Et pour cause, si à première vue cet havre de spiritualité semble monté de toutes pièces pour accueillir des centaines de yogistes du monde entier, il inspire malgré tout une douceur de vivre, et invite à la flânerie en compagnie des saddhus qui peuplent les artères principales.

 

Incredible Holi Festival !


Célébrée principalement dans le Nord de l’Inde, la « fête des couleurs » vaut le détour, et Rishikesh semble toute indiquée pour cela ! Arrivée la veille pour rejoindre une amie française qui y séjournait depuis trois mois, j’ai assisté au cours de la soirée aux premières festivités déclenchées autour de grands feux sur les Gaths (escaliers permettant d’accéder au Gange), animées de danses - traditionnelles et actuelles – et de projections fougueuses de quelques poudres de couleurs avant-gardes… 

 


Le jour J, c’est à partir de 8h du matin que je me suis élancée dans les rues revêtue, comme on me l’avait conseillé, de vêtements clairs acquis uniquement pour l’occasion et d’un sac protégeant mes effets personnels. Des précautions d’usage indispensables puisque le principe consiste à bénir de couleurs et d’un « Happy Holi » chaque personne croisée sur son chemin, les rencontres se multipliant à une telle vitesse qu’il suffit de marcher quelques minutes pour revêtir les traits d’une véritable œuvre d’art ! 


Holi, c’est donc simplement une ballade pleine d’enthousiasmes où regards taquins et sourires francs fustigent à chaque coin de rue pendant les premières heures du jour. Car il faut prendre garde aux coutumes locales, le festival se déroule uniquement dans la matinée, tandis qu’en début d’après-midi la vie reprend peu à peu son cours à l’issue de dernières réjouissances effectuées au bord du Gange, qui purifie le corps et l’esprit de cette folie collective passagère. 

Ambiance Baba-Hippie-Yoga


Arrivée une semaine plus tôt que prévue, j’ai pu avec quelques complices de séjour découvrir à loisir les aspects les plus typiques de Rishikesh tout en profitant de plusieurs animations proposées à l’occasion du Festival International de Yoga (FIY) qui s’y déroule chaque année à cette période.   

 

A faire à Rishikesh
 

Séjournant au cœur d’une place touristique, j’ai donc choisi de vous résumer ces premiers jours sur le principe de listes a posteriori «Done / Not Done » :


Ce que j'ai fait :

  • Pratique du Yoga of course !  Tôt le matin et en fin d’après-midi avec mes copines tout juste diplômées (500h de « Teacher Training ») ;
     

  • Jack Road : Promenade au lever du soleil dans les hauteurs de la ville, agrémentée d’un Tchai parmi les Saddhus 
     

  • Visite du temple Trayambakeshwar : facile à trouver, c’est le plus élevé sur la rive droite du fleuve, avec ses quelques treize étages à gravir pour y découvrir des dizaines de statues consacrées à diverses divinités, l’usage étant de dédier une prière à chacune d’entre elles. C’est gratuit, il faut laisser comme partout ses chaussures à l’entrée en échange d’une donation d’en moyenne 10 Rs/12 Cts ;
     

  • Conférences (gratuites) à l’occasion du Festival International du Yoga (FIY) : sur « Le Yoga du Sourire », animée par le Vénérable  Bhikkhu Sanghasena (bouddhiste tibétain) et sur celui de l’Amour animé par Srila B. A. Paramadwaiti Swami (Gourou allemand appartenant au courant « Hare Krishna »). 
     

  • Visite du Beatles Ashram : initialement inscrit dans ma liste «je n'ai pas fait» en raison du coût du ticket d’entrée (600Rs/7,50€), j’ai finalement eu l’occasion de l’explorer gratuitement à l’occasion du FIY parmi quelques 500 autres personnes… Le groupe y fut initié à la Méditation Transcendantale par le célèbre Gourou Maharishi comme cela était à la mode à l’époque. Laissé à l’abandon depuis une vingtaine d’années , envahi par la nature, l’ashram conserve aujourd’hui un caractère mystique, comme en témoignent de nombreuses fresques psychédéliques laissées par les fans et autres artistes éclairés  ;  
     

  • Excursion au marché, pont symbolique coloré et animé entre les villes indienne et touristique. Ne manquez pas de déguster un Lassi chez Papou (tout le monde le connaît) ;
     

  • Lézarder dans quelques cafés branchés hippies-yogistes : Oasis, Boddhi , Omshkar, Coffee Fruits, et il y en a tant d’autres ! Je recommande vivement Freedom Café, avec son large balcon surplombant le fleuve, ne proposant aucun accès au Wifi, et donc très tranquille… ;  
     

  • Baignade dans le Gange : c’est l’un des endroits les plus recommandés le long du fleuve sacré, l’eau y est claire et vive, les gaths et plages espacés, la fréquentation contenue, l’ambiance propice au recueillement ou aux joies aquatiques  ;
     

  • Trekker jusqu’au Shri Neelkanth Mahadev Temple : une ascension d’environ trois heures sur un parcours facile et parsemé de shops permet d’accéder à ce haut lieu de pèlerinage hindouiste situé dans un petit village, encerclé de montagnes. Les indiens s’y rendent pieds nus, munis de gourdes remplies de l’eau du Gange pour y réaliser quelques ablutions.
     

  • Découvrir les spécialités culinaires : Thali (assortiment de l’entrée au dessert servi sur un plateau), Sizzler (chou farci de légumes), Parantha (sorte de pancake, sucré ou salé au choix), que j’adore manger au petit-déjeuner avec un yaourt frais, ou encore Aloo (pommes de terre épicées préparées dans la rue) ;
     

  • Les French Backeries : Craquer pour des cookies Coconuts ou Amonds dans l’une des nombreuses boulangeries de la ville ;
     

  • Assister aux cérémonies du coucher du soleil (Aartis) : que ce soit aux pieds de Ram Juhla Bridge, sur le parvis monumental de l’Ashram Parmath Niketan ou au Triveni Ghat, beaucoup plus excentré et rassemblant avant tout des indiens, les Aartis constituent un rendez-vous quotidien incontournable, ordonné chaque soir par d’apprentis Brahmans, ces derniers alternant pendant près d’une heure mantras, prières et rituels chorégraphiés avant que les dévots ne remmettent quelques offrandes au Gange (10 Rs, corbeilles flottantes composées de pétales de fleurs et d’une bougie à souhaits) ; 
     

  • Lecture de la « Bhagavad-Gita » (« Chant du Bienheureux », extrait de la plus populaire des épopées indiennes, « Le Mahabharata »), qui au travers d’un dialogue entre le Dieu Krishna et son disciple, le guerrier Arjuna, présente les fondements du Yoga en tant que spiritualité axée sur « l’abandon du fruit des actes ». Un article entier pourrait être consacré à cette merveilleuse ode à la sagesse hindouiste…
     

  • Le Must, sympathiser avec un indien qui possède un moto et partir en vadrouille sur l’une des nombreuses plages désertes qui bordent le fleuve dans les environs pour échanger tranquillement sur la vie, l’amour, l’esprit et l’art… 

Et ce ne que je n'ai pas fait...

  • Festival International du Yoga : 600 $ la semaine (tout compris), et donc totalement hors budget ;
     

  • Nettoyage du colon et autres traitements ayurvédiques (Panchakarma) proposés abondamment : plusieurs « patients » m’ont témoigné être tombés malades après cela, les soins étant tellement efficaces qu’ils laissent le corps sans défense contre de nouvelles bactéries ingérées inévitablement par la suite ;
     

  • Cours de musique : si vous souhaitez apprendre la guitare, le tambour, la flute ou les tablas, la ville en recèle ;
     

  • Achat d’un tapis de yoga, d’un mala (collier aidant à la récitation des mantras), d’encens, etc. : les boutiques de souvenirs et de vêtements baba cool sont légion ;
     

  • Tatouage : permanent, au henné sur les mains, ou à la poudre de couleur sur le visage, les possibilités ne manquent pas ;
     

  • Rafting : c’est le sport local le plus prisé, tant qu’à chaque heure du jour on aperçoit de part et d’autre du fleuve jeunes indiens et étrangers amateurs de sensations fortes ;
     

  • Achat de livres : plusieurs librairies spirituelles proposent des ouvrages de référence en la matière pour peu cher ! Entrant dans la catégorie des « travellers » au long cours, j’ai l’occasion de lire les ouvrages que l’on me laisse au fil des rencontres.

Phool Chatti Ahram : pénétrer au cœur du Yoga

 

Situé à 5 km du centre touristique, cet Ashram propose des retraites d’initiation au Yoga d’une semaine depuis plusieurs décennies. Séduite par la diversité des activités proposées et le caractère institutionnel de l’offre, je m’y suis inscrite plusieurs jours à l’avance (conseillé) avant d’y rejoindre une cinquantaine de participants provenant de divers pays et d’âges variés (20 à 50 ans).

 


Pour la majorité d’entre eux comme pour moi, cette retraite constituait une grande première ! C’est donc en tant qu’apprentis-étudiants disciplinés et respectueux, isolés des perturbations du monde extérieur, accueillis et nourris avec générosité, que nous avons suivi un programme tout à la fois épuisant et régénérant ! Réveil chaque matin à 5h30 pour une première méditation accompagnée de récitations de Mantras – puis rituels purificateurs (nez, poumons), hatha yoga, karma yoga, marche méditative (au bord du Gange, sous des cascades, etc.), temps de discussions et d’enseignements théoriques, ashtanga yoga, poujas chantées - et dernière méditation à 20h30 le tout en silence la majorité du temps (repas compris). This is Yoga !


Au-delà de la routine (discipline) et de la concentration (mindfullness) aux fondements de cette tradition spirituelle, j’ai découvert un gourou sensible, authentique et dévoué, insufflant de puissantes énergies collectives et autant de réflexions personnelles, et qui plus est, rare femme accédant à ce statut ici. The great Sadhvi Lalita Nand Ji ! ("Ji" étant une marque de grande estime). 


J’ai expérimenté également le profond pouvoir des récitations, ayant vécu ce qui me semble correspondre à mon premier état de transe lors d’une soirée où nous avons chanté le même Mantra durant près de deux heures… Ressentant mon corps irradié de chaleur et soumis à un irrésistible mouvement de balancier sous l’effet des scansions, je fus littéralement submergée d’un sentiment de plénitude et d’appartenance à un tout collectif.  Chose des plus étranges, impossible de me souvenir de ce dernier le lendemain ! (je n’étais pas la seule).


Et c’est telle une évidence que j’ai choisi d’interpréter a capella  « Quand on a que l’amour » lors de la dernière soirée passée autour d’un feu dans le jardin pour l’occasion. Une chose est sûre, c’est que sans cette semaine d'initiation, je n’aurais jamais trouvé le courage de me lancer dans une telle prestation ! Une façon également de résumer cette intense expérience d’ouverture, du cœur, du corps et de l’esprit, cette découverte d’un art de vivre axé sur la modération et la pleine conscience, accompagné tout au long du jour et de la nuit par le flot continu de Mother Ganga. 

 

 

Suite de l’exploration spirituelle
 

Après cette retraite à Phool Chatti, j’ai ressenti le besoin de rester quelques jours encore à Rishikesh, de prendre le temps de m’imprégner davantage de cette spiritualité. 


Grâce à une amie, j’avais repéré un Ashram d’un autre genre, situé légèrement à l’écart du centre touristique et consacré avant tout à l’étude des textes sacrés hindouistes, les « Upanishads ». Une session de cours de 10 jours délivré par un gourou de référence venait tout juste de débuter. 


Aussi, à la même période, se déroulait à proximité un festival du film dédié au Yoga, proposant une série de documentaires et d’interventions sur maîtres et pratiquants en la matière.


Les cours commençant tôt le matin et les séances finissant tard le soir, j’ai préféré séjourner dans un Homestay spartiate durant ces quelques jours  - pas de Guest Houses aux alentours - afin de ne pas peiner à m’y rendre. 


J’y ai retrouvé avec plaisir une ambiance typique de quartier, avec ces échoppes du quotidien et marchands ambulants, ces jeunes écoliers et étudiants d’ashrams traditionnels environnants. 


J’ai donc suivi plusieurs leçons de philosophie aux côtés d’une centaine d’autres participants, essentiellement couples d’indiens à la retraite semblant issus de la partie haute de la classe moyenne et résidents permanents tout vêtus de blanc ou d’orange. Seuls quelques étrangers siégeaient dans la salle, et pour cause, ce type d’établissement n’est pas recensé dans les guides touristiques, tant son fonctionnement diffère de loin de nos pratiques occidentales. 


C’est un espace de vie au sens large, ouvert à tous (pas besoin d’y présenter son passeport), assurant son financement seulement à travers les donations, proposant un programme quotidien entièrement tourné vers l’étude et la pratique spirituelle, au sein d’une enceinte fleurie et aérée, qui outre une centaine de chambres, comprend un réfectoire (repas préparés par des volontaires tous les jours), plusieurs espaces collectifs dédiés aux enseignements et à la pratique des ashtangas, une librairie, et un temple. Un lieu où le calme peut être partagé avec sérénité par près de 200 résidents, qui méditent volontiers au bord du Gange en accès direct. 


Les interventions étaient néanmoins difficiles à suivre à la découverte des concepts d’Atman (Self) ou de Samadhi (Nirvana), la compréhension de démonstrations philosophiques exprimées en anglais,  et celle de l’accent hindi du Maître qui se référait souvent au Sanskrit pour désigner - à juste titre - les notions abordées. Au-delà des enseignements, j’ai surtout goûté au plaisir de suivre le rythme de ce lieu hors du temps étonnamment orchestré. 


Accessible à quelques minutes à pieds par un Ghat, je me suis également rendue au Ganga Resort (sorte de Palais des Congrès) pour quelques séances ciné distractives, notamment celles des remarquables documentaires « The Heal » de Kelly Noonan Gores (démonstration scientifique du pouvoir de guérison de l’esprit), et « Conversations at the Kumbh Mela » de Yashodara Udupa (immersion à Allahabad où s’est déroulé la dernière édition de ce gigantesque rassemblement spirituel).


A l’occasion du festival, j’ai également assisté à deux conférences gratuites, l’une sur la Méditation Transcendantale permettant d’accéder à certaines strates du subconscient, l’autre consacrée à d’extraordinaires saddhus béatifiés, tels que Maha Ananda Siddha, vénéré comme avatar de Shiva, ou Maya Ma, qui aurait vécu 250 ans grâce à la pratique en continu d’une respiration circulaire interne. 

 

Escapade d’une journée à Haridwar
 

C’est par le biais d'une rencontre impromptue avec un jeune indien, que je me suis retrouvée un matin à Haridwar, le jour de la Nouvelle Lune, célébrée par quelques milliers de pèlerins chaque mois là-bas. Située à une heure en Vikram de Rishikesh (40 Rs/50 Cts), la cité est l’une des sept villes sacrées de l’hindouisme. C’est là notamment qu’à lieu tous les douze ans le festival  Kumbh Mela, qui rassemble des millions de saddhus !


Une statue géante de Shiva, Dieu de la destruction et de la régénération, trône sans aucun folklore à l’entrée des Gaths sacrés, un saddhu justement y veille bien tout au long de la journée… De l’autre côté de la rive, j’ai simplement évolué pendant quelques heures parmi la foule composée de familles, babas, mendiants et infortunés provenant de tout le pays, qui ont l’habitude d’y déambuler au rythme des tambours et autres tintements de cloches lancinants. Comme à Rishikesh, il s’agit avant tout de se purifier dans l’eau du Gange et de lui consacrer prières et offrandes florales. 
Introduite par un local, j’ai également été invitée à déjeuner à cette occasion par un Saddhu, qui y a élu domicile depuis 40 ans. Ambiance posée, quelques signes de sympathie échangés, repas frugal préparé au feu de bois (Chapatti/Vegetables/Tchai)  parmi une ou deux souries aperçues au fond de la tente.  


C’est ici, sous le charme d’une eau rayonnante, que j’ai pris conscience de la ferveur religieuse indienne, sa force énergétique et son pouvoir fédérateur. 

Le bilan… Trois semaines plutôt qu’une !

 

Cette cité fluviale, dont le charme n’a d’égal que la majesté de Mother Ganga qui l’illumine de toutes parts, est des plus agréables. Savourer la quiétude d’une après-midi passée au bord du fleuve jusqu’au coucher du soleil m’est apparue ici comme une précieuse activité. Tentée d’y rester… je l’ai fait sans aucun regrets.


Une étape donc incontournable lors de votre voyage en Inde du Nord !

 

 

« The whole universe is inside each one of us »

Yoga à Rishikesh : Mes astuces et infos en vrac

 

  • HINDI (transcription phonétique) : Ce que je sais dire de plus :
    Me ra nam PETUNIA ai (My name is PETUNIA) ;
    Ap ka nam ka hai ? (What is your name ?) ;
    Patani ! (I don’t know) ; Kyou (why ?) ;
    Ka (what ?) ;
    Me bouki ou (j’ai faim) ;
    koursboo (delicious)
     

  • FESTIVAL INTERNATION DU YOGA : A 600 $ la semaine, c’était hors budget pour moi, mais j’ai recueilli de très bons échos sur l’organisation, l’ambiance, la qualité de l’hébergement, des repas et bien sûr des enseignements. Encore faut-il apprécier l’effet de masse (près de 1000 participants)
     

  • PHOOL CHATTI ASHRAM : Semaine d’initiation proposée de février à mai puis de septembre à fin décembre (14 200 Rs / 180 €, chambre simple/salle de bain partagée) - www.phoolchattiyoga.com 
     

  • SWAMI DAYANANDA ASHRAM : Ashram religieux, où j’ai suivi quelques leçons de philosophie, fonctionnant sur le principe des donations – www.dayananda.org 
     

  • FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM : Consacré aux films spirituels, très bonne programmation ; prix moyen des séances 150 Rs/1,75€ - www.rishikeshinternationalfilmfestival.com 
     

  • MAHABODHI INTERNATIONAL MEDITATION CENTER : Centre d’accueil et d’enseignements situé à Leh (Laddakh), fondé en 1986 par le Vénérable Bhikkhu Sanghasena (Bouddhiste tibétain) -  www.mahabodhi-ladack.org  
     

  • VRINDA WORLD’S CENTER : Association internationale créée par Srila B. A. Paramadwaiti Swami, qui comprend un centre d’études à Vindravan (ville sacrée dédiée à Krishna, située entre Dehli et Agraa) et de multiples éco-villages situés en Amérique du Sud et en Europe - www.vindravan.org 
     

  • TRAIN POUR RISHIKESH (pour réserver un billet de train simplement) : se rendre dans une agence de voyage, la commission est de 100 Rs/1,20€, l’avantage, on a pas besoin de s’inscrire sur différents sites (IRTCT, ClearTrip) qui requièrent le plus souvent un numéro de téléphone indien, on a accès a toutes les options (et il y en a beaucoup), expliquées en direct ; l’inconvénient, billets non modifiables/annulables…
     

  • CARNIVORES : vous serez à la diète ici, on devient végétarien de fait ! Et sachez que le meurtre d’une vache - Gau Mata - est passible de prison à vie dans le pays tout entier…
     

  • TRAINING TEACHER : Les écoles proposant des stages intensifs (200h, 500h en un ou trois mois) sont disséminées dans toute la ville. Yog Peeth, où mon amie française s’est formée, est fortement recommandée -  www.rishikeshyogpeeth.com 
     

  • GUEST HOUSES : n’ayant pas séjourné dans des Guest Houses à proprement dit (école de Yoha, Ahram, Homestay), je ne peux vous en recommander, mais seulement vous indiquer que l’offre y est abondante. Les réservations à l’avance peuvent bien sûr rassurer mais ne me semblent pas nécessaires. 

 

A suivre : Varanasi, ville sacrée sur le Gange
Let’s go to Varanasi, cité ancestrale dédiée aux crémations sacrées, avant de rejoindre Bodgahya et ses milles temples bouddhistes pour une retraite d’une dizaine de jours… 

 

Suivez toutes les étapes de ce voyage au long cours qui débute par une année en Asie...

 

 

Please reload

Suivez-moi :

  • Facebook - Globe Trotting
  • Instagram - Globe Trotting
  • Twitter - Globe Trotting
  • Pinterest - Globe Trotting

EXPLOREZ LE BLOG :

PREPARATIFS DE VOYAGE

Préparatifs de voyage

Mes voyages.jpg

Récits de mes voyages

ACCESSOIRES.jpg

ACCESSOIRES VOYAGE

paysages du monde.jpg

Paysages du Monde

cadeaux voyageurs.jpg

CADEAUX VOYAGEURS

TROUVEZ DES BONS PLANS :

BILLETS D'AVION

Achetez vos vols au meilleur prix

Billets avion

Hôtels & appartements

Dénichez les meilleurs logements

Hotels voyage

VOYAGE SUR MESURE

Réalisez le voyage de vos rêves (devis rapide et gratuit)

Agence de voyage.png

CATÉGORIES 

du blog :

Les articles similaires qui vont vous intéresser 

Please reload