Carnet de voyage en Papouasie

Voici les dessins que j'ai crayonnés à la va vite sur mon carnet de voyage en Papouasie. Ce sont de simples croquis griffonnés dans une hutte, dans un bus ou dans un avion avec 3 bouts de crayons, histoire d'immortaliser des instants précieux entre montagnes perdues et îles paradisiaques. Mes illustrations de voyage ne sont pas des œuvres d'art mais elles sont à mes yeux encore plus parlantes et chargées en souvenirs que mes photographies.

Carnet de voyage Papouasie

Je raconte sur mon blog ce voyage de 2 mois en Asie du Sud-Est qui s'est terminé par trois semaines en Papouasie dont six jours dans la sauvage vallée de Baliem puis une semaine sur les îles Raja Ampat paradisiaques.

Voici la version originale de tous mes articles, la matière brute qui me permet de me souvenir de toutes les petites anecdotes...

A notre arrivée à Jayapura, nous ne passions pas inaperçus...

Je n'avais jamais vécu ça. La sensation d'être regardée comme un animal de foire. L'impression d'être beaucoup trop grande et trop voyante mais de ne pouvoir me faire discrète (car le moins qu'on puisse dire c'est que les papous ne sont pas grands!) Aucun touriste ni aucun occidental pendant les 5 jours que l'on passera ici, pas le moindre. Un accueil des plus timides suivi d'une extrême bonté et d'une grande gentillesse.


Début du Trek dans la Vallée de Baliem

Deux jours plus tard, nous volions pour Wamena, bardés de kilos de riz, de casseroles et d'objets ramenés de France pour cette partie du voyage (lampes de poches mécaniques, kit pharmacie, t-shirt, crayons...)

A Baliem, nous marchions 4 à 7 heures par jour pour rejoindre un village

Nous n'avions pas de guide officiel, juste un ami d'ami d'une rencontre, un jeune papou de 20 ans nommé Sékon qui a accepté de nous escorter jusqu'à sa famille, à 3 jours de marche de Wamena. Sékon ne parlait pas anglais à part "yes, no, maybe" mais comme il ne comprenait pas la question c'était assez loufoque. Heureusement, l'indonésien était assez facile à apprendre pour que nous puissions communiquer et nous faire traduire. Et puis, pour dialoguer, nous avions aussi les croquis, les gestes et la musique, la barrière des langues n'était donc pas un soucis au quotidien

croquis dessins carnet de voyage papouasie

Nous traversions des ponts très rassurants

La marche dans la vallée de Baliem est plutôt accessible mais certains passages procurent de l'adrénaline. Les passages dans les cascades sur les rochers glissants, les sentiers qui donnent le vertige ou les ponts tous déglingués qui lâcheront peut-être un jour...

dessins carnet de voyage Papouasie

Nous avons rencontré des papous qui portaient des kilos

Il n'y a aucun commerce dans toute la vallée de Baliem à part des vendeurs qui se mettent sur le bord de la route pour vendre leurs récoltes ou trouvailles à même le sol. Les papous sont de bons cultivateurs. Pour s'approvisionner, il faut aller à Wamena, jusqu'à plus de 12 jours de marche de certains villages papous.

dessins carnet de voyage Papouasie

Les papous m'ont prise pour un docteur...

J'ai proposé à une personne visiblement blessée de lui désinfecter sa plaie et de lui mettre un pansement. En moins de cinq minutes, une dizaine de papous m'appelaient "Doctor" et faisaient la queue pour me montrer leurs blessures. J'ai été rapidement dépassée. Si j'avais su je serai partie avec davantage de matériel de premiers soins.

carnet de voyage desssins

Un papou a piqué mon stylo pour le mettre dans son nez !

C'était sa façon de me faire comprendre qu'il s'était fait percer le nez (la tradition veut que ce soit fait avec un long bâton... aïe). Ça fait beaucoup rire les 15 enfants du vilage au passage

Croquis voyage dessin carnet de voyage papouasie