Est-ce dangereux de voyager en Jamaïque ?


    La réponse est NON la Jamaïque n'est pas dangereuse pour les voyageurs.

    Par contre, vivre est très dangereux... Comme le dit si bien Paulo Coellho, "Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, Essayez la routine… Elle est mortelle !"

    J'ai entendu dire que certains voyageurs renonçaient à un voyage sur cette île extraordinaire par peur d'une agression ou par un sentiment d'anxiété démesuré. Laissez-moi donc vous rassurer et vous donner de vraies informations et témoignages sur cette île qui a tout de paradisiaque pour les touristes.

    1 - L'accueil jamaïcain : "Welcome" et "One Love"

    Voici en une image ce que je retiens de l'accueil jamaïcain, qu'il s'agisse des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes, des dread et des rastas.

    Laissez-moi vous dire que sur le parcours que j'ai effectué, à aucun moment je n'ai ressenti le moindre malaise ni me suis sentie en danger. En Jamaïque je ne me suis absolument pas sentie malvenue, pas plus qu'à Paris ou à New-York !

    A l'inverse, j'ai passé mon temps à m'extasier devant l'accueil chaleureux des locaux à mon égard. Mots bienveillants, politesse, courtoisie, curiosité, ouverture d'esprit et générosité... Voilà ce que je retiens de mes rapports avec les jamaïcains croisés, et je ne vous parle pas que des commerçants mais des gens rencontrés dans la rue, sur les plages, dans les transports ou bien le soir dans les bars. C'est surtout une attitude "peace and love" qui règne et c'est un bonheur. Je serais même tentée de dire que, d'une manière générale, à côté des jamaïcains, les parisiens sont tous des grincheux malpolis et agressifs... A Paris, dans les coins mal éclairés des gares, dans les quartiers défavorisés, je me sens autant en danger que dans une situation similaire partout dans le Monde. Les seuls lieux qui sont formellement déconseillés par le ministère des affaires étrangères sont la ville de Spanish Town (par laquelle vous n'avez aucune raison de passer lors de votre voyage) et Downtown Kingston que vous découvrirez éventuellement avec un guide.

    Tout le reste du Pays n'est pas plus dangereux qu'un voyage dans un autre pays, en Amérique du Sud, du Nord, en Asie ou en Afrique, si vous respectez les règles de base : Ne pas exhiber vos signes extérieurs de richesses, ne pas sortir seul(e) de nuit dans des ruelles isolées, vous renseigner avant de vous rendre quelque part... Je vous donne en fin d'article mes 10 commandements pour ne pas vous attirer des ennuis en voyage. Ce que je peux vous dire c'est qu'en voyageant avec Latitude Jamaica (spécialisée dans les voyages hors des sentiers battus en Jamaïque), je n'ai traversé que des villages et coins plus que paisibles (aux alentours de Port Antonio et des Blue Mountains), loin des foules de touristes et donc loin, très loin, des voyous en quête d'un portefeuille à dérober.

    2 - La mauvaise réputation de la Jamaïque et le tourisme vulgaire

    Certains messages anxiogènes circulent sur le web avec des titres du type "N'allez jamais en Jamaïque" ou "Les jamaïcains sont dangereux". Moi qui voyage aux quatre coins du Monde je lis à peu près ce genre de témoignages pour TOUTES LES DESTINATIONS que j'explore (particulièrement en Afrique) et c'est à la longue devenu une habitude de me méfier de ces avertissements lancés par monsieur tout le monde ou la presse à sensations.

    Ces messages alarmistes qui découlent d'une expérience isolée vont finalement noircir l'image d'un territoire entier. Les messages catastrophes se répandent comme de la poudre et nuisent à la réputation d'un pays entier car ils sont bien plus marquants qu'un message moins spectaculaire qui vous expliquerait que tout s'est passé sans encombres.

    J'ai voyagé, le plus souvent sans guide, dans de nombreux pays possédant une mauvaise réputation comme la Papouasie, le Bangladesh, Madagascar, l'Ethiopie, le Botswana, et j'en suis toujours revenue saine et sauve sans aucune anecdote terrifiante à rapporter ! Si j'écrivais des articles "Pourquoi il ne faut pas aller ici ou là" il est évident qu'ils auraient plus de succès car les gens aiment relayer ce genre d'informations.

    J'ai parcouru tous les messages des touristes qui hurlent à qui veut bien l'entendre que la Jamaïque est une "No Go Zone" comme le dirait Fox New, le pire c'est que les gens qui écrivent ça sont à 99% des personnes à qui il n'est absolument rien arrivé, au maximum un vol à la tire.

    La grande majorité des touristes en Jamaïque ne sont pas ce que j'appelle des voyageurs, ils se rendent dans des resorts all inclusive pour profiter des plages et des cocktails, lieux qui vont inéluctablement attirer les personnes défavorisées.

    Les touristes qui se plaignent de la Jamaïque n'ont absolument aucune connaissance du pays et de ses codes et s'amassent dans les endroits qui sont très éloignés de la culture de l'île. Ils ne recherchent pas le contact avec les locaux, se pavanent avec un look qui veut dire "bonjour je suis plein aux as" alors forcément, dans n'importe quel contexte où l'argent manque, ils sont des proies pour des petits larcins... mais pas pour des meurtres ou des agressions sauvages... voyons !

    Et ceci n'est pas réservé à la Jamaïque, c'est la même chose à Madagascar, en République Dominicaine, en Afrique du Sud, en Thaïlande ou au Bélize. Le décalage entre le tourisme de masse et la vie locale crée des tensions. Vous pouvez lire à ce sujet mon article sur les arnaques en voyage.

    Donc première chose à retenir : si vous voyagez sans fréquenter les all inclusive, vous marquez déjà beaucoup, beaucoup de points !

    3 - La criminalité en Jamaïque

    Si vous êtes inquiets au sujet de la criminalité en Jamaïque, sachez que celle-ci concerne pour plus de 75% des affaires de gangs et de crimes multiples, qui n'ont absolument rien à voir avec des agressions hasardeuses. Une autre source meurtrière sont les escroqueries (arnaques à la loterie) et autres affaires "jamaico-jamaïcaines".

    Voici un extrait du rapport édité par la Pan American Health Organisation : "Malgré son fort taux de meurtre en Jamaïque, ce Pays est resté une remarquable destination touristique parce que cette violence est très rarement dirigée contre des non-Jamaïcains. Ce sont des conflits d'hommes jamaïcains contre des hommes jamaïcains"

    Le site du gouvernement canadien le dit lui-même "Malgré une forte criminalité, les actes de violence contre des touristes sont très peu nombreux".

    Les agressions qui se sont produites envers les touristes ont systématiquement eu lieu dans les zones urbaines et touristiques, dans les zones de Montego Bay et Negril, envers des gens qui marchent seuls la nuit.

    Je peux vous assurer que je me suis souvent baladée seule (de jour) en Jamaïque, j'ai pris les transports publics et je suis allée à la plage comme une grande et je n'ai jamais fait de mauvaise rencontre car j'étais toujours dans des zones plutôt rurales où l'ambiance "peace and love" règne ! Il m'est aussi arrivée de me balader le soir après 22 heures dans la région d'Ocho Rios avec une française qui vit ici et a l'habitude de sortir. Depuis 20 ans elle n'a jamais subit la moindre agression.

    Les gangs jamaïcains ont autre chose à régler que de vous agresser sur la plage et vous avez mieux à visiter que leurs quartiers qui ne sont pas recommandés.

    Alors, à moins de vous amuser à vous promener de nuit dans des lieux où même les jamaïcains ne s'aventurent pas, vous ne croiserez pas de gangster !

    Connaissez-vous beaucoup de touristes étrangers qui vont arpenter la cité Félix Pyat de Marseille, la cité des 4000 de la Courneuve ou les Francs Moisins à Saint Denis ? Non ? Bah c'est pareil, vous n'irez pas dans ce genre d'endroit en Jamaïque !

    Ci-dessous la carte du Ministère des Affaires étrangères, vous voyez, elle est en jaune (vigilance renforcée), comme 75% des pays du Monde ! Un seul point rouge (zone formellement déconseillée) est sur Spanish Town. Comprenez bien que le Ministère français n'a aucune envie d'avoir des ressortissants en danger, ils mettent donc en zone jaune la majorité des pays non occidentaux. Vous pouvez le vérifier par vous même ici.

    Pour comparaison, regardez ci-dessous la carte de la Colombie où j'ai voyagé deux semaines avec mon fils de 5 ans. Vous voyez immédiatement que la Jamaïque est bien moins "dangereuse" que la Colombie par exemple. Et pourtant, j'y ai voyagé tranquillement avec un enfant en bas âge et nombreux sont les voyageurs qui se rendent en territoire colombien avec leur sac à dos.

    Quand au risque de viol dont on entend souvent parler, je vous donne ce tableau qui vous indique que le nombre de viols pour 100 000 habitants n'est pas plus élevé en Jamaïque qu'aux Bahamas, en Australie ou aux USA. Malheureusement, les agressions sexuelles ou criminelles arrivent à celles et ceux qui se trouvent au "mauvais endroit au mauvais moment", et c'est valable sur tous les territoires.

    Les dangers se sont pas prévisibles mais la priorité est encore une fois d'éviter d'être seul(e) surtout dans un contexte alcoolisé où l'on est plus vulnérable.

    4 - Le racisme en Jamaïque

    J'ai souvent entendu dire "ne va pas en Jamaïque il sont hyper racistes" !

    Mon témoignage est le suivant. Bob Marley était représenté absolument partout dans les endroits que j'ai arpenté. Bob Marley alias Robert Nesta Marley, est né d’un père blanc et d’une mère noire. Son message, "Je ne suis ni du côté de l’homme blanc, ni du côté de l’homme noir. Je suis du côté de Dieu", respire sur l'île de la Jamaïque où j'ai été accueillie à bras ouverts (et croyez-moi j'ai la peau très blanche !)

    J'ai souvent entendu des réflexions du type "le sang qui coule dans nos veines est de la même couleur" mais je n'ai jamais subit de racisme.

    Je pense que dire que les jamaïcains sont racistes est caricatural et que les gens confondent le traumatisme issu de l'esclavage avec le racisme. La Jamaïque est une nation née de l’abominable période esclavagiste (400 ans!) et qui aujourd'hui souffre d'une absence de perspectives de développement pour l’immense majorité de la population, la pauvreté est un cercle vicieux depuis des générations dans de nombreuses familles. Les quartiers blancs restent les quartiers riches et grimper l'échelle sociale est un exploit qui est inaccessible pour la majorité des habitants. Si l'esclavage a été aboli, les descendants de cette abomination restent parfois prisonniers de leur sort. Le rapport à "l'homme blanc" est donc complexe et je le comprends aisément. Comprendre l'état d'esprit d'un(e) jamaïcain(e) et sa façon de voir le monde demanderait de passer de nombreuses années à étudier cette culture. Mais en attendant, ne mélangeons pas tout. Posons nous les bonnes questions avant de tirer des conclusions hâtives.

    Il est vrai que j'avais avec moi quelques sésames qui m'ont ouvert de nombreuses portes, comme le fait d'avoir voyagé en Ethiopie, (la terre sacrée pour les rastas jamaïcains) et d'être une fan inconditionnelle de la musique reggae. J'étais donc ici, non pas pour me prendre en photo devant les cocotiers, mais pour rencontrer une culture qui m'intrigue depuis de longues années. Et j'ai bien vu que ce bagage culturel et ces questions que j'apportais avec moi ne laissaient pas indifférents mes interlocuteurs.

    Avec les gens que je croisais furtivement, jamais je n'ai ressenti le moindre regard de travers ni le moindre jugement sur ma couleur de peau. A aucun moment ! A chaque sourire donné, j'en recevais deux.

    J'ai voyagé aux côtés de deux femmes françaises blanches de peau mariées à des jamaïcains noirs de peau, mères d'enfants métisses et parfaitement intégrées à la société jamaïcaine. Une d'entre elles m'a dit 'Tu penses vraiment que je serais venue m'installer ici si c'était un climat raciste et dangereux ? Je suis pas maso!"

    Le comble c'est que le dernier jour de mon voyage, deux jamaïcains m'ont dit "You're more jamaïcan than a jamaïcan".

    Alors, non, je ne peux pas vous dire "les jamaïcains sont racistes", pas plus que je vous dirais que les français portent des bérets.

    5 - L'homophobie en Jamaïque

    Un autre sujet épineux qui inquiète les voyageurs est l'homophobie. J'ai eu de longues discussions à ce sujet avec différentes personnes jamaïcaines, hommes et femmes, jeunes et vieux.

    La Jamaïque a mauvaise presse en ce qui concerne son rapport aux pratiques homosexuelles. La loi criminalise les relations sexuelles consenties entre hommes, loi coloniale qui date des "lois britanniques sur la sodomie". Ces lois obsolètes discriminatoires, instaurées par les colons (oui oui!), sont en cours d'abrogation.

    Il y a de l'homophobie partout dans le monde, souvent dû à un contexte religieux profondément enraciné qui prêche l'intolérance et fait preuve d'un véritable manque d'éducation sur le sujet.

    Pour mieux comprendre cette problématique en Jamaïque, rappelons que :

    • la Jamaïque est profondément chrétienne et l'interprétation de la Bible (le péché de Sodome) a été compris par de nombreux croyants comme un traité anti-homosexuel et instauré comme tel lors des missions d'évangélisations coloniales, comme dans de nombreux pays.

    • Le passé esclavagiste, qui réduisait le corps des esclaves en objet de jouissance pour les maîtres, laisse un héritage lourd sur le sujet de l'homosexualité. Elle représente pour les descendants des victimes de ces crimes contre l'humanité un symbole de soumission. Les jamaïcains qui ont tenté de m'expliquer l'origine de l'homophobie m'ont expliqué que, quand un maître blanc soupçonnait un signe de résistance de la part d'un esclave, le traitement le plus cruel était sa sodomie. Une rumeur qui suscite surtout, de la part d'une majorité, l'incompréhension face à l'homosexualité dans le monde actuel.

    • Fin des années 80, Edward Seaga, premier ministre du Pays, a instauré un climat homophobe en Jamaïque en multipliant les discours discriminatoires auprès du peuple, pour faire tomber son adversaire sur des critères sexuels.

    • Nombreuses chansons jamaïcaines utilisant "Bun Dem" ont fait scandale car elles étaient traduites au sens littéral par "brulez les homosexuels". Mes nombreuses discussions sur le terrain m'ont permis d'entendre qu'aucun jamaïcain ne m'expliquait ces paroles de cette manière, aucun de mes interlocuteurs n'appelait au meurtre ! "Bun Dem" est une expression utilisée pour condamner tout et n'importe quoi (et que j'ai souvent entendu), elle signifie "Bothers them" dont la traduction exacte est "ça me dérange" (cf. dictionnaire jamaïcain).

    • Et pour ce qui est du "feu", l'expression "Faya A Fi Burn Dem" utilise le feu comme symbole de purification et l'expression contraire, "Faya A Fi Bless Dem", utilise l'image du feu pour bénir quelqu'un ou quelque chose. On ne parle donc pas de flamber quelqu'un au sens propre mais de condamner quelque chose, ce qui est quand même très différent !! Sur wikipedia vous pouvez lire : "Bun : burn, brûler, au sens propre, et au sens figuré signifie purifier, nettoyer..."

    • En outre, les termes qui désignent un homme homosexuel en jamaïcain, comme "chichi man", sont utilisés comme une insulte visant quelqu'un qui crée des problèmes. De même, "batty boy" désigne par extension un homme qui fait du tord à la société. Il y a 20 ans, insulter quelqu'un de "pédé" en France était utilisé à tord et à travers par la jeunesse sans aucun lien volontaire avec l'homosexualité. En Jamaïque il y a aussi un peu de ça, les termes Chi Chi Man et Batty Boy sont des insultes banalisées. Histoire de décalage...

    En conclusion, j'ai senti beaucoup d'incompréhension sur ce sujet mais absolument pas de haine sur les couples gays qui viendraient visiter la Jamaïque... Les gens rient comme des gosses à l’évocation du mariage gay car c'est à des kilomètres de leur culture, mais ceux à qui j'ai pu en parler n'étaient pas haineux, pas plus qu'un éthiopien qui fait des yeux ronds quand on lui demande sa position sur le sujet.

    Il y a des intolérants partout mais je suis optimiste et je pense que les gens intelligents et ouverts d'esprits attirent leurs semblables !

    De manière générale, on ne voit pas les gens s'embrasser dans la rue, les jamaïcains sont très pudiques. Donc hétéro ou gay, ne vous croyez pas en France et n'imposez pas nos valeurs françaises partout dans le Monde au risque de choquer.

    6 - Les ouragans et cyclones en Jamaïque

    La période des ouragans, des tempêtes tropicales et des cyclones dans les Caraïbes se déroule de juin à novembre avec un pic de risque de août à novembre mais celui ci est extrêmement faible pour la Jamaïque.

    Les prévisions météorologiques par satellite en Jamaïque sont suffisamment sophistiquées pour que l'on puisse se préparer. Les ouragans en Jamaïque ne ressemblent pas à des tornades ou des tremblements de terre, qui surviennent sans prévenir.

    En outre, les rares ouragans qui ont frappé la Jamaïque n'ont jamais été très meurtriers, ils ont principalement causé beaucoup de dégâts structurels.

    Alors rassurez-vous, si ouragan ou tempête tropicale il doit y avoir, vous serez informé assez tôt de son arrivée !

    7 - Comment éviter des ennuis en Jamaïque ?

    Des règles très simples s'imposent et elles sont valables pour tous vos voyages, partout dans le Monde. Si vous suivez ces quelques recommandations, il ne vous arrivera rien à part vivre un voyage fabuleux.

    Les dix commandements pour voyager serein en Jamaïque :

    1. Partez avec une agence locale qui connait le Pays comme sa poche (comme Latitude Jamaica à qui vous pouvez faire 100% confiance). Vous pourrez voyager seuls (avec votre véhicule et un plan de route) ou avec un chauffeur. Monter votre projet de voyage avec une agence de confiance vous permet de savoir où vous mettez les pieds et de bénéficier de tous leurs petits secrets.

    2. Fuyez les offres All Inclusive et voyagez dans les lieux authentiques plutôt que dans les zones envahies par le tourisme de masse

    3. Ne vous aventurez pas dans les lieux qui sont catégoriquement déconseillés à moins d'être accompagné par un guide local de confiance. Pour visiter Kingston (quartiers DownTown), partez avec un guide local surtout pour Trenchtown qui est un ghetto et non pas un lieu touristique, vous y rendre "pour voir" serait déplacé et mal perçu.

    4. N’exhibez pas vos richesses, gardez en tête que le salaire annuel est de 4200€, vous pourriez attirer les voleurs comme des mouches. Habillez-vous simplement, laissez vos bijoux et objets de valeur dans votre Pays et ne vous comportez pas comme si vous étiez en danger dès que quelqu'un vous dit bonjour ! Exhiber son niveau de vie c'est comme laisser traîner un biberon de lait sous les yeux d'un bébé affamé et de s'étonner qu'il se jette dessus, sous prétexte que ce n'est pas le sien. Si vous tenez à vos affaires, laissez-les chez vous, dans vos coffres fort si vous voulez. Mais ne partez pas dans un Pays dont la majorité des habitants ne possède pas un quart de ce que vous possédez avec vos pompes dernier cri et votre matériel high tech, à moins que soit vraiment justifié.

    5. Suivez toujours les directives des autorités locales, suivez les règles imposées par la police, ce n'est pas une bonne idée de jouer les rebelles à l'étranger

    6. Acceptez de vous faire voler si votre sécurité est en jeu, ne résistez pas et donnez ce que vous avez sur vous ! Partout dans le monde je me promène avec un porte monnaie avec moins de 100€.

    7. Utilisez une carte Revolut qui ne permet pas de retirer plus que ce qu'il y a sur votre compte bancaire, ce qui est selon moi indispensable en voyage ! Cette carte est un porte monnaie électronique que l'on recharge avec son téléphone. En cas d'agression au distributeur, au pire on me vole 100€ car je ne crédite jamais plus dessus.

    8. Fermez la porte de votre chambre à clé si vous voyagez seule, ceci est valable pour le Monde entier.

    9. Si une personne qui ne vous inspire pas confiance vous accoste et que vous êtes seuls et dans un endroit isolé, restez poli, posez lui des questions plutôt que de baisser les yeux et de trembler comme une feuille !

    10. Apprenez quelques mots de patois jamaïcains pour créer le contact. Montrez que vous vous intéressez au Pays plutôt que de renvoyer l'image du touriste qui ne vient que pour profiter des richesses naturelles sans s'intéresser au contexte culturel et à la vie des locaux

    11. Ne haussez pas le ton pour tout et rien. Si vous êtes un râleur et du profil "client français exigeant", changez vos réflexes lorsque vous changez de Pays. Soyez patients et à l'écoute avant de hausser le ton car les codes, manières et sens du service diffèrent dans chaque Pays. Consultez mon article sur le voyage éthique et responsable pour aller plus loin sur ce sujet.

    Récit de mon premier voyage en Jamaïque

    Et maintenant que vous êtes décidés à partir, vous pouvez découvrir l'itinéraire de mon voyage en Jamaïque. qui m'a conduite dans la capitale mais aussi à Port Antonio en Jamaïque, dans les Blue Mountains et à Ocho Rios.

    J'ai déjà prévu d'y retourner tant j'ai aimé cette île....


    Récits de voyage

    Blog Voyage - Mes Récits

    Accessoires voyage

    Blog Voyge -Accessoires

    Préparatifs Voyage

    Blog Voyage - Préparatifs

    Paysages du Monde

    Blog Voyage - Paysages du Monde