Angkor au Cambodge

À Angkor, se trouvent des ruines de temples Khmer, construits entre le 9ème et le 13ème siècle, perdus au cœur des forêts sauvages au nord du Tonlé Sap. Visiter cette ancienne ville médiévale, à moitié ensevelie sous la jungle, m'a offert un véritable voyage dans l'histoire, au cœur d'une vaste et mystérieuse forêt, témoignage d'une civilisation oubliée, au fin fond du Cambodge.

Angkor

Dans cet article de blog, je vous raconte l'histoire des lieux, je vous emmène avec moi à la découverte des principaux temples puis je vous livre les informations pratiques pour préparer votre visite à Angkor.


  1. L'histoire d'Angkor

  2. Comment visiter Angkor

  3. Cartes et Plans d'Angkor + Circuits conseillés

  4. Les temples incontournables d'Angkor

  5. Siem Reap

1. L'histoire de la cité d'Angkor, en bref

Découvrir les temples d'Angkor, c'est avant tout se plonger dans une histoire fascinante et mouvementée. Je tente de vous la retranscrire de façon digeste et condensée ci-après.

Angkor

1. La construction d'Angkor : aménagements hydrauliques et construction de temples sacrés

Angkor a été déclaré capitale de l'Empire khmer (ou Empire d' Angkor) au début du 9ème siècle, ce fut une puissance dominante de la péninsule indochinoise. Cette capitale a été fondée par l'hindouiste Jayavarman II.

L'empire khmer s'étendait alors dans les actuels pays du Cambodge, du Laos, du sud de la Thaïlande et du Viêt Nam.

La succession du fondateur a été mouvementée, certains ont voulu abandonner ce lieu pour construire une nouvelle capitale ailleurs. Ce sont donc principalement Jayavarman III, Indravarman I et Rajendravarman II qui ont entrepris de grands travaux d'aménagement hydraulique, ce qui a permis à Angkor de s'étendre de façon exponentielle au fil des années.

Le secret de la prospérité de la cité d'Angkor résidait alors dans son art d'apprivoiser les torrents d'eau qui se déversaient en saison des pluies (mousson sud asiatique). Les aménagements hydrauliques permettaient alors de stocker l'eau dans d'immenses bassins (les baray), ce qui évitait les inondations et protégeait les plantations pendant les périodes de sécheresse.

Maîtrisant les eaux, les cultures et nécessitant de plus en plus de forces humaines pour son développement, la capitale s'est alors agrandie, et pas qu'un peu ! Ce sont des temples hindouistes gigantesques qui ont été construits en ces lieux.

A son apogée, Angkor s'étendait sur 3000 km2 et comptait plus de 750 000 habitants.

cité d'Angkor

2. Hindouisme, bouddhisme et déclin du royaume d'Angkor

En 1181, Jayavarman VII, un successeur qui s'est battu contre l'occupation du site par le peuple Cham, a instauré le bouddhisme comme religion officielle. Pour marquer ce changement, il a érigé des temples bouddhistes monumentaux avec de gigantesques têtes de Bouddha : le Bayon, le Ta Prohm ou encore le Preah Khan en sont les plus beaux exemples.

Bouddha Angkor

En 1243, c'est au tour de Jayavarman VIII de prendre le pouvoir et d'imposer un retour à l'hindouisme. Il a détruit quelques têtes de Bouddha au passage. Au 14ème siècle, le bouddhisme reprend de nouveau le dessus, sous sa forme primitive, sans ériger de grandes constructions sacrées, prônant un mode de vie plus simple.

Le territoire d'Angkor a ensuite subit de nombreux affrontement, il fut notamment ravagé par des guerres de territoire avant d'être abandonné aux Thaïs en 1431.

A son déclin, le royaume d'Angkor, trop occupé par sa défense, a cédé sous les moussons torrentielles qui ont anéanti les systèmes hydrauliques, laissant ainsi place à une période de sécheresse qui ont rendu le site inexploitable.

Lorsque le site s'est retrouvé inoccupé, des moines bouddhistes se sont installé et ont tenté, entre le 15ème et le 16ème siècle, de refaire vivre les temples bouddhistes, avec la construction d'un bouddha couché dans le Baphuon.

Les années passant, le site a ensuite été déserté, puis offert en pâture à la jungle qui l'a enseveli sous sa dense végétation.