[Inde #1] Cours d'anglais à Dehradun et escapade à Mussoorie

Pétunia, partie avec son sac à dos pour un voyage d'un an en Asie, m'a envoyé de ses nouvelles ! Elle nous raconte les deux premières semaines de ce long périple qui débute par cinq mois en Inde. C'est au Nord Est du pays, au "Rosemounts Institute of Languages" de Dehradun, que son aventure a commencé... Voici son récit illustré de ses photos.

Le 1er mars 2018

 

 

Situer Dehradun


Etat : Uttarakhand
Région culturelle : Garhwal
Population : 600 000 hab.
Altitude : 650 m
Période : 2 ème quinzaine de février 2018
Température : 20-25°J / 12-15°N
Y aller depuis Paris : Vol jusqu’à Dehli (8h) + vol intérieur (1h) + taxi depuis l’aéroport (1h30)

 

Premières découvertes et rencontres

 

Considérée comme peu digne d’intérêt par la plupart des guides, Dehradun revêt pourtant les traits d’une ville typique du nord de l’Inde, avec son trafic chaotique et bruyant, à toutes heures du jour et de la nuit, ses shops et activités innombrables et improbables mais aussi ses animaux - et certains hommes - errants.

 

 

Dehradun se distingue surtout par l’absence totale de touristes. Si bien que j’ai finalement - et paradoxalement - eu l’impression de passer assez inaperçue !

 

 

Prévoyant d’y séjourner deux semaines dans une résidence associée à l’école où j’ai suivi des cours d’anglais, j’ai pu dès le premier jour partir agréablement à la rencontre de mes nouveaux voisins, soit une trentaine de shops et ateliers divers jalonnant la rue (Park Road) d’un quartier plutôt résidentiel et somme toute assez tranquille.

 

 

Quelques temples hindouistes, une mosquée, un petit supermarché, un institut de beauté (testé pour une séance d’épilation !), un ATM, et un centre de yoga dispensant des séances gratuitement de 6h à 7h chaque matin (trop tôt pour moi…).

 

Une démarche qui semble avoir été appréciée puisque tout le monde me disait bonjour après cela !

 

 

Autre découverte du premier jour : ne pas essayer de retirer plus de 5000 Rs (soit 62 €) un samedi dans un ATM : ça se bouscule et il n’y a pas assez de cash dans les distributeurs pour servir tout le monde... !

 

20 000 Roupies rassemblées (250€) après une dizaine d’ATM testés… Heureusement, j’étais accompagnée d’un chauffeur très conciliant, qui m’a fait faire mon premier tour de scooter dans la ville (sans casque bien sûr).

 

Cours d'anglais au Rosemounts Institute of Languages de Dehradun

 

Février est une période creuse pour l’accueil d’étudiants étrangers, et quelle chance pour moi !

 

J’ai cohabité dans la résidence avec seulement une japonaise, Makia, qui y séjournait depuis trois mois, une autre chance ! Car ce fut aussi un guide précieux pour m’orienter dans la ville, et sur diverses pratiques...

 

Tels que prendre un Vikram, rikshaw collectif à itinéraire déterminé dans lequel huit personnes peuvent aisément tenir sur six places. C’est le moyen de transport le plus économique, environ 5km - soit 1/2h de course en ville - pour 35 centimes…

 

Mahaveer, notre chauffeur, était tout aussi sympathique qu’aidant, et m’a évité de longues heures de questionnements et d’errances pour retirer de l’argent, trouver les stations de bus appropriées, ou encore acheter une carte SIM locale (JIO, 500 Rs/6,30 € pour 180 Gigas en 4G répartis sur 3 mois ! Si si, c’est bien ça :)

 

 

D’autres étudiants indiens suivent également des cours à l’institut, afin de passer des concours ou obtenir certains jobs, notamment dans le secteur public, mais nous n’étions jamais plus de cinq par classe. Alors bien sûr certains professeurs ont un léger accent (notamment le « w » transformé en « v ») mais ils font beaucoup d’efforts pour s’adapter aux situations aléatoires (les élèves changent pratiquement tous les jours, l’environnement sonore n’est pas toujours adéquat…) et construisent les leçons avec beaucoup d’interactions, grâce notamment à de multiples supports, et favorisant le « speaking and Listening ».

 

Et puis c’était aussi pour moi une belle occasion de pouvoir échanger quotidiennement sur nos différences culturelles. Et elles sont trèèès nombreuses !

 

Un quotidien bien rythmé

 

7h, réveil, ce qui est déjà tard ici… Petit déjeuner (mix hindi-continental) servi dans la cuisine collective.

 

8h, arrivée des enfants, puisque la résidence est située dans une école primaire ! J’assistais tous les matins aux chants obligatoires des élèves regroupés dans la cour munis pour certains d’instruments de musique (hymne de l’école, national et prière chantée).

 

 

Ecoutez le chant des écoliers... :

 

8h45, départ pour l’institut, situé à 15 min en voiture. Un chauffeur y emmène les étudiants.

 

9h30-14h30, cours répartis sur 3 séances avec une demi-heure de pause de 12h30 à 13h.

 

15h, retour à la résidence pour le déjeuner servi dans la cuisine collective.

Puis temps libre jusqu’au dîner. Moment consacré principalement à la sieste, révision des cours, exercices de grammaire (homework à l’aide d’un support certifié Cambridge offert par l’école), lessive, petite balade dans le quartier, et recherches pour la suite du voyage…

Les cours de l’école primaire se terminant en début d’après-midi, la résidence constitue le reste du temps un véritable havre de paix, avec son charmant jardin fleuri et calme, loin des grandes avenues bruyantes de la ville, même si la nuit klaxons, aboiements et sons insoupçonnés y surgissent toujours…

 

20h, dîner. Majud, le cuisinier, concocte la plupart du temps de savoureux Dahl (lentilles+riz+légumes variés) accompagnés de chapati (galettes de pain) ou des Noddles tandoori. Le dîner est un chaleureux moment d’échanges entre étudiants et avec Majud et Mahaveer, et c’est aussi l’occasion de découvrir la TV indienne (séries, clips, matchs de cricket, astrologie en direct, émissions politiques de type « C’est dans l’air », et beaucoup de publicités) ou de s’informer sur les dernières nouvelles internationales (in English of course). Le dimanche, seul jour où le déjeuner et le dîner ne sont pas servis, des Momos (5 pour 20 Rs/0,25 €) et des Samoussas (20 Rs l’unité) sont proposés frais et chauds à quelques pas dans la rue.

 

Vers 22h30/23h30, dodo. Il est très déconseillé de se promener la nuit dans la ville pour des raisons de sécurité, et quand bien même, il n’y a pas grand-chose à y faire (les bars n’existent pas ici…)


Et les visites dans tout ça ?

 

Bien sûr on peut se balader dans la ville, se rendre sur Rajpur Road par exemple, l’avenue commerciale principale où l’on trouve de fastueuses enseignes, ou Paltan Bazar, situé à côté de la Clock Tower, mais aussi au zoo municipal, à l’Institut de recherche forestier (magnifique parait-il), dans divers temples hindouistes, etc. 

 

 

Il me tenait à cœur de mon côté de découvrir le monastère de Midrolling, situé dans le quartier des réfugiés tibétains (Clement Town). Un magnifique ensemble de temples entouré de verdures situé à l’écart de la ville, et donc contre toute attente, plutôt paisible, où les indiens semblent prendre plaisir à s’y prélasser, bouddhistes ou pas. J’ai pu assister avec mon amie japonaise à une cérémonie chantée (puja) animée par une centaine de moines. Nous étions les seules occidentales… 

 

J’ai également profité de mon séjour dans une grande ville pour me faire une toile en Hindi ! On trouve de nombreux cinémas à Derhadun, situés le plus souvent à l’intérieur des Mall (centres commerciaux), le plus prestigieux étant le Pacific Mall.  Mon choix s’est tourné vers un modeste Mall de quartier situé à une trentaine de minutes à pieds de la résidence, Viska Mall. Là j’ai pris un billet (175 Rs/2,2 €) pour « Padmaavat » de Sanjay Leela Bhansali, la dernière grosse production bollywoodienne, narrant la légende d’une Reine d’un empire médiéval du Nord de l’Inde.

 

 

Les images étaient grandioses, l’émotion bien présente, l’humour aussi, sans oublier les incontournables danses chantées tellement fascinantes  aux yeux d’une occidentale comme moi ! Il était facile de comprendre l’histoire assez codifiée : une magnifique Reine épouse un beau Roi hindouiste, ils vivent paisiblement jusqu’au jour où un Sultan tyrannique (musulman) désire conquérir la Reine. Après un siège manqué, il tend un piège au Roi et le capture, tandis que la Reine parvient à le libérer grâce à la complicité de l’épouse du Sultan… Mais à l’issue d’un ultime duel entre les deux hommes, le valeureux Roi meurt sous les flèches des fidèles du Sultan alors très affaibli,. Et la fin… fait référence à une coutume ancestrale en Inde, Jauhar ! 

 

L’ambiance au cinéma ? Un peu comme en ville - il y a du bruit et de l’agitation… - entre les enfants qui se baladent dans les rangs et commentent mille choses en direct et les adultes qui mangent du Pop Corn pendant toute la séance. A noter également, la présence de sièges inclinables manuellement ! On peut regarder un film à demi-allongé !

Petite escapade à Mussoorie

 

Enfin, j’ai passé un week-end à Mussoorie, petite station de montagne (1800m) située à une trentaine de kilomètres de Dehradun (1h30 en bus local – 120 Rs/1,5 € A/R), appréciée pour son climat rafraîchissant lors des fortes chaleurs de mai/juin, et « The place » pour les lunes de miel des jeunes urbains. Les tarifs sont donc un peu plus élevés qu’en ville, mais on peut toujours manger dans la rue pour moins de 50 Cents.

 

C’est donc une ville plutôt touristique - on y trouve beaucoup de boutiques de vêtements et autres souvenirs - mais fréquentée surtout par les indiens, je n’ai croisé que deux occidentaux en deux jours !

 

 

A Mussoorie, il y a surtout de nombreux de points de vue sur la vallée et la chaîne himalayenne au loin, mais il faut venir le bon jour, LE JOUR où il n’y pas de nuages, ce qui ne fut pas ma chance…

 

 

On peut toutefois se balader tranquillement dans la bourgade (Landour Bazar Road) et aux alentours (Camel’s Back Road, petit lac, cascades, et bien sûr montagnes). Avec mon ami indien, nous sommes partis à l’ouest jusqu’à la George Everest’s House, une belle promenade dans la forêt, qui au-delà de la demeure abandonnée, mène à un petit sommet ! Compter 3h-3h30 A/R à pieds (sans arrêts), avec quelques shops sur le trajet pour des pauses Tchaï. Nous avons surtout rencontré de jeunes groupes d’indiens qui y pique-niquent ou se baladent comme nous ! (Possibilité de s’y rendre en taxi/scooter).

 

15 jours à Dehradun : Le bilan

 

Si vous êtes à la recherche de lieux plutôt paisibles et nature ou encore de joyaux patrimoniaux, passez votre chemin, sauf si vous vous y rendez dans un but précis et que, comme moi, vous séjournez dans un environnement agréable et confortable. Car ici, même si j’ai pu découvrir ce qu’était la vie urbaine authentiquement indienne, son quotidien de rue et de quartier, traverser une avenue est une aventure en soi !

 

 

Dans le cadre des cours suivis, la vie y était plutôt douce et simple, les échanges avec les étudiants, enseignants et personnels de la résidence chaleureux et très instructifs. Grâce à cela, Dehradun m’est apparue comme une ville dotée de nombreuses facettes sonores, visuelles, olfactives, une ville contrastée, animée et bien vivante.

 

Premiers jours en Inde : Mes astuces et infos en vrac

 

  • LONGUE ESCALE A L’AÉROPORT DE DELHI 
    Une fois entré dans l’aéroport, on ne peut plus en sortir, et des militaires, postés à chaque entrée, y veillent bien ! Pour les fumeurs, des zones dédiées sont situées après les postes de contrôle (sans aération bien sûr), munies d’allume-cigarettes muraux, car il est interdit de voyager avec des briquets sur soi (les allumettes semblent autorisées).
     

  • APPLICATION "OLA CABS"
    Elle va sans aucun doute m’éviter beaucoup d’embarras dans les cinq prochains mois : elle te géolocalise, tu lui indiques ta destination, elle te propose différents types de transports pour y parvenir (rickshaw, taxi collectif, normal, de luxe), t’estime le prix et la durée de la course, ainsi que le temps d’arrivée du véhicule à ton point de départ ! Tu peux réserver en un clic, et tu obtiens alors la photo et le numéro de téléphone du conducteur (pour vérifier qu’il est bien en route, qu’il connait bien l’adresse… même s’il n’est pas sûr du tout qu’il parle anglais…).
     

  • ATM (Distributeurs automatiques de billets)
    La première chose à savoir, c’est qu’il faut tout de suite retirer sa carte lorsqu'on l’insert, sinon on peut attendre longtemps avant qu’il ne se passe quoi que ce soit (j’avoue j’avais oublié la première fois…), et les mots clés à retenir sont « cash withdrawal », puis « savings » parmi une multitude d’actions possibles. Ensuite il suffit d’entrer le montant souhaité (« amount ») et son code PIN.J'ai du me munir d'un grand porte monnaie car 5000 Rs (soit 60€) sont souvent distribués en 25 billets de 200 Rs, et ça prend de la place... !
     

  • BUS LOCAUX (gouvernementaux) 
    Dans de petites stations, il faut attendre que le bus arrive afin de pouvoir acheter son billet au comptoir. Comme dans beaucoup de lieux administratifs, une file est réservée aux femmes, ce qui est plutôt pratique, car nous sommes en général nettement moins nombreuses…
     

  • ROSEMOUNT INSTITUTE OF LANGUAGE
    Voici ce que me coûte mon séjour au Rosemounts Institute of Languages de Dehradun
    Pour une semaine (avec négociation) je paye 19 125 Rs soit 240 €
    Une semaine inclut 25 heures de cours, dont 2,5 h en one-to- one 5 jours sur 7. Le logement est inclus 7j/7 et les repas sont inclus 6j/7.
    Il est possible d'y dispenser des cours d’anglais, de français et d’hindi si l'on dispose des qualifications et contre un (modeste) salaire ! Plus d'infos sur http://rosemounts.org
     

  • CINÉMA
    Pour connaître les horaires des séances, les prix, les critiques et réserver en ligne, partout en Inde, un seul site, https://in.bookmyshow.com (suivi du nom de la ville).
     

  • VANDANA SHIVA
    J'ai partagé le taxi à mon arrivée avec une jeune française qui se rendait dans la ferme de cette fameuse philosophe écologiste indienne (interviewée dans le film « Demain ») située à une demi-heure en voiture de Derhadun. Il est possible de séjourner à la banque de graines Navdanya, il faut compter 400 € pour un mois d'enseignements sur les semences, logement et repas inclus, et bien sûr, il s’agit aussi de participer aux activités agricoles. Pour en savoir plus sur les séjours au Navdanya.
     

  • HINDI DE BASE (transcription phonétique)
    Namasté (Hello)
    Danivaat (Thanks)
    Hannejii (yes)
    Nahii (no)
    Ap Késsaio (How are you ?)
    Atcché (I’m fine - pour une fille)
    Tchellow ! (Let’s go !)
    Yellow (Take this)
    Firmilengué (See you soon)
    A noter que « Please/S’il vous plaît » n’est pas vraiment employé en Hindi…

A suivre : Rishikesh (Holi et Semaine Internationale du Yoga)

 

Let’s go to Rishikesh, à l’occasion d’Holi et de la Semaine Internationale du Yoga, et en profiter pour découvrir l’atmosphère d’un Ashram au royaume des yogistes…

 

 

Vous pouvez suivre le voyage de Pétunia en consultant le tag "1 An en Asie avec Pétunia"

 

Please reload

Suivez-moi :

  • Facebook - Globe Trotting
  • Instagram - Globe Trotting
  • Twitter - Globe Trotting
  • Pinterest - Globe Trotting

EXPLOREZ LE BLOG :

PREPARATIFS DE VOYAGE

Préparatifs de voyage

Mes voyages.jpg

Récits de mes voyages

ACCESSOIRES.jpg

ACCESSOIRES VOYAGE

paysages du monde.jpg

Paysages du Monde

cadeaux voyageurs.jpg

CADEAUX VOYAGEURS

TROUVEZ DES BONS PLANS :

BILLETS D'AVION

Achetez vos vols au meilleur prix

Billets avion

Hôtels & appartements

Dénichez les meilleurs logements

Hotels voyage

VOYAGE SUR MESURE

Réalisez le voyage de vos rêves (devis rapide et gratuit)

Agence de voyage.png

CATÉGORIES 

du blog :

Les articles similaires qui vont vous intéresser 

Please reload