Carnet de voyage en Papouasie

Voici les dessins que j'ai crayonnés à la va vite sur mon carnet de voyage en Papouasie. Ce sont de simples croquis griffonnés dans une hutte, dans un bus ou dans un avion avec 3 bouts de crayons, histoire d'immortaliser des instants précieux entre montagnes perdues et îles paradisiaques. Mes illustrations de voyage ne sont pas des œuvres d'art mais elles sont à mes yeux encore plus parlantes et chargées en souvenirs que mes photographies.

 

 

Je raconte sur mon blog ce voyage de 2 mois en Asie du Sud-Est qui s'est terminé par trois semaines en Papouasie dont six jours dans la sauvage vallée de Baliem puis une semaine sur les îles Raja Ampat paradisiaques.

 

Voici la version originale de tous mes articles, la matière brute qui me permet de me souvenir de toutes les petites anecdotes...

A notre arrivée à Jayapura, nous ne passions pas inaperçus...

 

Je n'avais jamais vécu ça. La sensation d'être regardée comme un animal de foire. L'impression d'être beaucoup trop grande et trop voyante mais de ne pouvoir me faire discrète (car le moins qu'on puisse dire c'est que les papous ne sont pas grands!) Aucun touriste ni aucun occidental pendant les 5 jours que l'on passera ici, pas le moindre. Un accueil des plus timides suivi d'une extrême bonté et d'une grande gentillesse.

 

Ci-dessus notre première chambre à Jayapura, moisie à 90% mais panoramique... !

 

Début du Trek dans la Vallée de Baliem

 

Deux jours plus tard, nous volions pour Wamena, bardés de kilos de riz, de casseroles et d'objets ramenés de France pour cette partie du voyage (lampes de poches mécaniques, kit pharmacie, t-shirt, crayons...)

 

A Baliem, nous marchions 4 à 7 heures par jour pour rejoindre un village

 

Nous n'avions pas de guide officiel, juste un ami d'ami d'une rencontre, un jeune papou de 20 ans nommé Sékon qui a accepté de nous escorter jusqu'à sa famille, à 3 jours de marche de Wamena. Sékon ne parlait pas anglais à part "yes, no, maybe" mais comme il ne comprenait pas la question c'était assez loufoque. Heureusement, l'indonésien était assez facile à apprendre pour que nous puissions communiquer et nous faire traduire. Et puis, pour dialoguer, nous avions aussi les croquis, les gestes et la musique, la barrière des langues n'était donc pas un soucis au quotidien

 

 

Nous traversions des ponts très rassurants 

 

La marche dans la vallée de Baliem est plutôt accessible mais certains passages procurent de l'adrénaline. Les passages dans les cascades sur les rochers glissants, les sentiers qui donnent le vertige ou les ponts tous déglingués qui lâcheront peut-être un jour...

 

 

Nous avons rencontré des papous qui portaient  des kilos

 

Il n'y a aucun commerce dans toute la vallée de Baliem à part des vendeurs qui se mettent sur le bord de la route pour vendre leurs récoltes ou trouvailles à même le sol. Les papous sont de bons cultivateurs. Pour s'approvisionner, il faut aller à Wamena, jusqu'à plus de 12 jours de marche de certains villages papous.

 

 

Les papous m'ont prise pour un docteur...

 

J'ai proposé à une personne visiblement blessée de lui désinfecter sa plaie et de lui mettre un pansement. En moins de cinq minutes, une dizaine de papous m'appelaient "Doctor"  et faisaient la queue pour me montrer leurs blessures. J'ai été rapidement dépassée. Si j'avais su je serai partie avec davantage de matériel de premiers soins.

 

 

Un papou a piqué mon stylo pour le mettre dans son nez !

 

C'était sa façon de me faire comprendre qu'il s'était fait percer le nez (la tradition veut que ce soit fait avec un long bâton... aïe). Ça fait beaucoup rire les 15 enfants du vilage au passage

 

 

​On dormait dans de minuscules églises à même le sol

 

Au cœur des montagnes sombres qui deviennent glacées à la tombée de la nuit, les enfants qui nous avaient suivis par curiosité rejoignent leur hutte dans la pénombre, les pieds nus et blessés, marchant parfois plus d'une heure, seuls, au clair de lune.

 

 

Nous nous sommes réveillés recouverts de piqûres.... Les puces ont attaqué Alex particulièrement, on a dormi dans de la paille habitée visiblement.

 

 

Et j'ai vu la plus grosse mygale de toute ma vie, un corps gros comme ma main !

C'est Alex qui l'a vu le premier, il a eu tellement peur qu'il est arrivé tout bleu dans la hutte. Les papous ont rigolé et l'un d'eux a viré la bête d'un revers de main, comme j'écarterais un moucheron de mon passage...

 

 

Alex a donné une leçon de français à une institutrice papou

 

Elle et ses élèves n'arriveront jamais à dire U et nous n'arriverons jamais à prononcer un son papou

 

 

Direction les Iles Raja Ampat !

 

Après Baliem, nous avons passé une nuit à Jayapura et avons ensuite pris un vol pour Sorong. De là, nous avons pris un bateau pour les Iles Raja Ampat où nous avions réservé un bungalow sur Pulau Kri.

 

Nous avons pris un vol en liste noire pour les îles Raja Ampat...

Et incroyable mais vrai, une moto a empêché notre avion d'atterrir ! (lire le récit de mes vols sur liste noire)

 

 

Et après avoir halluciné sur les plages de Sorong recouvertes d'ordures... Nous sommes arrivés au paradis, le vrai !

 

Notre bungalow à Pulau Kri

 

 

Alex a vite appris à ouvrir des noix de coco à la machette

 

 

Aux Raja Ampat, le snorkeling était incroyable

 

 

 

 

 

Mais surtout... avec des dizaines de raies mantas !!!!!!

 

 

Et ça pendant une semaine, du matin au soir...

 

 

On a passé autant de temps sous l'eau que en dehors. Et nous avions la chance d'avoir comme uniques compagnons deux plongeurs expérimentés dont Robben, local qui connaissait tous les recoins des fonds marins 

 

 

Avant de partir j'ai voulu mettre quelques petits coquillages dans ma valise ce qui est complètement interdit ! J'en ai emporté quelques tout petits :)

 

 

Les adieux avec Petronia et Yani furent très difficiles.

 

 

Bref, un voyage extraordinaire.... Et un carnet de voyage bien rempli qui, niveau souvenirs, vaut toutes les photos et vidéos du Monde. Un conseil : rentrez toujours de voyage avec un cahier bien noirci !

 

 

Je ne voyage jamais sans tenir un petit "travelogue", tenir un journal me demande dix minutes tous les soirs, juste le temps de noter les anecdotes essentielles et de faire des dessins rapides (des gribouillages) pour me remémorer un instant particulier. 

 

Même si je ne suis pas artiste, m'amuser à tenir ce carnet de voyage me demande de ne pas oublier mon petit matériel de bas. Pour réaliser mes petits carnets de voyage, j'utilise :

 

Découvrez maintenant  l'intégralité de mon voyage de 2 mois en Asie du Sud-Est (Myanmar, Laos, Cambodge, Indonésie, Papouasie).

 

 

 

Please reload

Suivez-moi :

  • Facebook - Globe Trotting
  • Instagram - Globe Trotting
  • Twitter - Globe Trotting
  • Pinterest - Globe Trotting

EXPLOREZ LE BLOG :

PREPARATIFS DE VOYAGE

Préparatifs de voyage

Mes voyages.jpg

Récits de mes voyages

ACCESSOIRES.jpg

ACCESSOIRES VOYAGE

paysages du monde.jpg

Paysages du Monde

cadeaux voyageurs.jpg

CADEAUX VOYAGEURS

TROUVEZ DES BONS PLANS :

BILLETS D'AVION

Achetez vos vols au meilleur prix

Billets avion

Hôtels & appartements

Dénichez les meilleurs logements

Hotels voyage

VOYAGE SUR MESURE

Réalisez le voyage de vos rêves (devis rapide et gratuit)

Agence de voyage.png

CATÉGORIES 

du blog :

Les articles similaires qui vont vous intéresser 

Please reload