Récit de voyage : 9 mois sur un cargo à voile, le Tres Hombres

C'était en 2012, Martin avait à peine 25 ans. Il nous offre le récit de son aventure sur le "TRES HOMBRES", cargo à voile unique en son genre. Lisez ces quelques lignes pour voyager avec lui.

 

"C'était la fin de mes études, j’avais besoin de partir, de voir le monde, de changer d’air. Ne pas partir pour partir, ne pas fuir, mais faire quelque chose de différent, d’utile… Alors j’ai osé, j'ai laissé famille et amis à terre, et ai quitté le sentier, tout tracé, que voulait que je suive la communauté. J'ai mis les voiles contre les vents de la société et j'ai largué les amarres !

 

Je suis parti 9 mois sur le Tres Hombres, accomplir un de mes rêves : faire le tour de l'Atlantique. Et non content de cela, j'embarquais sur un 2 mats de 32 mètres unique au monde... C'est le seul cargo a voile, sans moteur, de l'Atlantique, voire du monde.

 

 Tres Hombres au milieu de l'Atlantique, entre les Açores et le Royaume-Uni

 

Le Tres Hombre,  cargo à voile

 

Ce navire a une histoire incroyable. C'était d'abord un chasseur de mines allemand, heureusement, sa carrière fut courte dans le milieu militaire. Devenu ensuite un navire de pêche, le navire est laissé à l'abandon. Arrivent alors 3 amis, hollandais et autrichien. Ils sont atterrés du fait que nos marchandises traversent les océans sur des gros cargos très pollueurs... (Il y a près de 300 000 cancers par an en Europe à cause de ces cargos croisant au large de nos côtes). Les voiliers ont vogué pendant des siècles grâce aux vents. Pourquoi le pétrole devrait-il empêcher les voiles de se gonfler?

 

Partant de ce constat ces trois amis, les "Tres Hombres", ont donc racheté la coque et à l'aide de nombreux volontaires ont construit le Tres Hombres. Pour bien montrer leur volonté de faire du transport durable, ils ont enlevé le moteur! De leur motivation est née la "Fair Transport Company", promouvant un transport de manière durable. A terme, la Fair Transport Company voudrait créer des grands cargos à voiles !

 En attendant que ces grands cargos Ecoliner voient le jour prochainement, le Tres Hombres fait un tour de l’Atlantique Nord, tous les ans. Il va chercher principalement du chocolat de Grenade, et de République Dominicaine du rhum spécial Tres Hombres, et des fèves de cacao pour faire leur propre chocolat. Un petit verre de rhum Tres Hombres accompagné de chocolat, je ne vous raconte pas le bonheur...

 

Le Tres Hombres ressemble à un bateau pirate, c'est vrai. On le dirait tout droit sorti du passé. Sans moteur, à naviguer uniquement à la voile, à hisser les voiles et les ancres à la force des mains, la vie à bord ressemble à un retour dans le passé.

 

Un retour dans le passé, pour créer un meilleur futur... (ndlr : oh c'est beau Martin !!)

 

Le voyage de Martin

 

Je suis donc arrivé à bord un beau jour de Septembre 2012. Mon embarquement s'était décidé en 5 minutes, quelques semaines auparavant. Et avant de songer au grand départ, il nous fallait préparer le Tres Hombres. On dit qu'un navire vieillit de 7 ans quand il traverse l'Atlantique...

 

Après plusieurs semaines de ponçage, décapage, peinture et autres travaux divers et variés, nous avons mis les voiles. ENFIN!

 

Nous sommes partis des Pays-Bas et avons vogué vers le Cap Vert, via la France, le Portugal, Madère, les Canaries. Le rêve ! La chaleur, la mer turquoise, les dauphins et poissons incroyables... Etre dans la nature, de nuit, et pouvoir presque toucher le firmament étoilé. Sentiment de félicité! Mais aussi les coups de vents, les vagues, les quarts à tenir, de jour comme de nuit, malgré le mal de mer, la fatigue, le froid et l'humidité. La promiscuité de la vie à bord, peu d'intimité. Devoir se dépasser, grimper dans la mature en pleine nuit pour ferler une voile, alors que les vagues font 4 mètres, qu'il pleut et que l'on se fait secouer...

Pas simple tous les jours. Une vraie aventure. Mais quelle récompense à chaque escale...  Work Hard, Play Hard! Mi décembre 2012, le Cap Vert fut laissé dans notre sillage. Direction l'Ouest et le soleil couchant.

 

Nous avons traversé l’Atlantique, et au passage porté assistance à un marin et son navire, qui avait perdu son safran, que nous avons remorqué pendant 900 miles.

 © Martin BLOUET J'ai traversé l'Atlantique!!! Un de mes rêve!

 

Le temps était venu de jouer à "Pirates des Caraïbes". Entre Sainte Lucia, Barbados, Antigua, Grenada et la République Dominicaine. Passer l'hiver au chaud, vivre en short et manger de la noix de coco. Se laver en se jetant par dessus bord, nager avec les tortues... Plages de sable fin, palmiers, et l'horizon au loin...Mais aussi, encore et toujours de la maintenance. Ce n'est pas parce que nous sommes dans des endroits paradisiaques qu'il faut se croire en vacances... Alors un jour sur deux, un des quarts reste à bord pour réparer ce qui lâche et entretenir le Tres Hombres, notre maison.

 

A Grenada, nous chargeons 4 tonnes de délicieuses tablettes de chocolat (biologique), à la main...

 

Enfin, nous arrivons en République Dominicaine, ce n'est pas le tout de voyager dans les iles caribéennes,  le but véritable est d’aller chercher nos marchandises. Cette fois ce sont des barriques de vieux rhum, cuvée spéciale Tres Hombres, des sacs de fèves de cacao , du beurre de caco et des barriques de mélasse qui rejoignent notre soute à cargo. Il y avait déjà 2 barriques de Rhum des Canaries, et 3 barriques de vin biologique d'Anjou, se bonifiant en mer, par le roulis, le vent et les coups de mer.

 

Nous avons en tout une trentaine de tonnes de chargement. Le tout chargé à la main ou à l'aide de palans.

 

Vous allez me dire qu'avec tout ce rhum et ce vin, ça devait plutôt être joyeux à bord. On n'avait pas besoin de ça sur le Tres Hombres! Et je vais faire tomber un mythe, à bord, l'alcool n'était autorisé que sous certaines conditions; le dimanche, pour fêter un anniversaire, Noel ou le premier de l'an, et lorsque l'on pêche un poisson. Toujours servi par le capitaine et avec modération. Et c'est tout! On ne prend pas de risques inutiles, qui sais ce qu'il peut se passer rendu à 20 mètres dans la mature? Par contre, rendu à terre...

 

Il y avait aussi quelques traditions, avec un des capitaines, lorsqu'il nous servait du vin, on devait attendre avant de boire. Neptune doit être servi en premier... On ne voudra pas le fâcher!...

 

Et bien entendu des superstitions, certains croient, que malheur nous arrivera, si le mot lapin est prononcé, ou encore que, si l'on siffle, des vents contraires se mettront a souffler... Balivernes et billevesées? Croyez ce que vous voulez!

 

© Martin BLOUET   Une partie de l'équipage, heureuse et satisfaite après avoir fini le chargement en République Dominicaine.

 

Puis nous avons pris le chemin du "retour". Je ne sais pas s'il y aura un jour un véritable retour... Rentrer… La navigation est plus corsée… On a quitté les Caraïbes direction Bermuda, et le Triangle des Bermudes, avec ces phénomènes inexpliqués. Avant de partir on m'avait fait jurer que rendu dans ces parages, j'aurai toujours sur moi un gilet de sauvetage...Je n'ai pas tenu promesse et n'ai même jamais  porté de gilet de sauvetage à bord. Je vous rassure, quand on grimpe, ou que la mer est démontée, nous avons tous un harnais de sécurité. Il n'est heureusement, de grave, jamais rien arrivé...

 

En quittant les Caraïbes, on est passé des alizées aux vagues gelés. Pour nous, il faisait froid. Puis c'est l’Atlantique Nord, les Açores et finalement, le retour en Europe. Quand on revient des Caraïbes, il fait froid, le vent souffle plus fort, pas forcément dans la bonne direction, les vagues mouillent. C’est l’aventure… Et elle se vit aussi au niveau des rencontres. Le navire est un milieu clos, et cela n’est pas forcément évident! Bon gré mal gré, il faut faire avec, on ne peut pas descendre au milieu de l'océan... Il y a eu des jours avec, des jours sans. Parfois, je me demandais vraiment ce que je faisais la... Et puis il y a ces instants de magies, de bonheur transcendant, de félicité totale, qui nous font oublier les moments durs. Etre hors du temps, hors de la société, de sa pression et de son emprise. Etre vivant et libre, comme le vent.

 

Nous avons ramené l'équipage et le navire à bon port. La cargaison à été déchargé et l'aventure sur le Tres Hombres touchait à sa fin. 9 mois d'une aventure hors du commun. 9 mois à vivre comme un pirate/hippie. Les cheveux salés, bronzé, hirsute, le sourire sur le visage. La poésie de l'étrave fendant les vagues, des nuits étoilés, des myriades de planctons. La richesse des rencontres. Un équipage incroyable, qui m'a tant apporté et que jamais je ne remercierais assez. Il n'y a pas assez de mots pour décrire ce que l'on peut ressentir.  Tant de souvenirs...

 

En anglais, on parle d'un navire au féminin. Pas étonnant que je sois tombé amoureux de ce navire.."

 

Découvrez la vidéo du voyage de Martin sur le Tres Hombres :

 

Vous aussi rejoignez l'aventure : http://fairtransport.eu/

Please reload

Suivez-moi :

  • Facebook - Globe Trotting
  • Instagram - Globe Trotting
  • Twitter - Globe Trotting
  • Pinterest - Globe Trotting

EXPLOREZ LE BLOG :

PREPARATIFS DE VOYAGE

Préparatifs de voyage

Mes voyages.jpg

Récits de mes voyages

ACCESSOIRES.jpg

ACCESSOIRES VOYAGE

paysages du monde.jpg

Paysages du Monde

cadeaux voyageurs.jpg

CADEAUX VOYAGEURS

TROUVEZ DES BONS PLANS :

BILLETS D'AVION

Achetez vos vols au meilleur prix

Billets avion

Hôtels & appartements

Dénichez les meilleurs logements

Hotels voyage

VOYAGE SUR MESURE

Réalisez le voyage de vos rêves (devis rapide et gratuit)

Agence de voyage.png

CATÉGORIES 

du blog :

Les articles similaires qui vont vous intéresser 

Please reload

Les derniers articles du blog de voyage