Varanasi, dix jours dans la Ganges Nirvana Community


Pétunia est partie en février 2018 pour une année de voyage en Asie, toute seule, un sac sur le dos. Dans son tout dernier récit, elle nous dépeint ses dix jours sur les rives sacrées du Gange, à Varanasi.

Situer Varanasi

  • Etat : Uttar Pradesh

  • Population : 1,3 M hab.

  • Altitude : 400 m

  • Période : 2 e quinzaine de mars

  • Température : 30-35°J / 25°N

  • Y aller depuis Rishikesh : Vikram jusqu’à Haridwar Junction-Gare (1h – 40 Rs/50 Cents) puis train direct jusqu’à Varanasi Junction (12h à 14h… 1 125 Rs/14 € en 3AC – 9 couchettes)

Varanasi Inde

Immersion dans l’une des sept villes sacrées de l’Inde

Arrivée en milieu d’après-midi à l’issue d’un long trajet en train (14h), j’ai été, comme il faut s’y préparer, interpellée à la sortie de la gare de Varanasi par plusieurs indiens me proposant les meilleurs hébergements - auprès des Ghats - à de faibles tarifs.

Voyager seule en Inde Varanasi

Sur les conseils d’une amie italienne rencontrée à Rishikesh, j’avais déjà réservé une chambre dans un Homestay situé à l’écart du centre-ville. J’avais en effet envie de découvrir cet endroit particulier présenté comme une authentique « community » : The Ganges Nirvana Homestay.

The Ganges Nirvana Community : un Homestay unique en son genre

Le propriétaire, Shashwat, âgé d’une trentaine d’années, avait été prévenant, et m’avait indiqué précisément l’adresse et le juste prix à payer pour s’y rendre depuis la gare (100 Rs/1,25 €). Au premier étage de la maison, une peinture murale sublimant Ganesh offrait quelques signes avant-coureurs de l’ambiance « hippie » que j’allais y trouver.

The Ganges Nirvana Community Voyager seule en Inde

L’hôte m’avait tout de suite avertie sur l’esprit du lieu, pas vraiment un hôtel ou une guest house, mais un espace d’accueil fondé sur l’échange et le vivre-ensemble, une famille éphémère.

Colocation Varanasi

Le soir même, après une séance de yoga (informelle) dispensée par deux frères allemands, je partageais mon dîner avec une japonaise, une couple d’israéliens, un jordanien et deux indiens, un repas auquel tous avaient d’une façon ou d’une autre contribué.

Le lendemain matin, je suivais un cours de Hindi (informel) agrémenté d’un thé vert au gingembre préparé par mes soins, cela faisait un mois que je n’étais pas entrée dans une cuisine. Pendant ce temps, d’autres accomplissaient leur séance de yoga matinale,

Je rejoignais ensuite mes colocataires pour le petit déjeuner, au cours duquel nous devions nous présenter et exprimer nos idées sur ce que l’on pouvait apporter à l’aménagement général de la maison (fresque murale, réfection d’un sommier, réparation d’une fenêtre, création d’un meuble de rangement pour chaussures, etc.).

Voyager seule en Inde

Ici on vit au jour le jour, le temps file et les journées sont comblées de toutes parts, si l’on veut bien se prêter au jeu du partage : des repas, de la préparation des repas, du ménage, des rickshaws, des Tchai, des Bhang Lassi, des discussions, des lieux à visiter, des savoir-faire. Découvrir une ville avec des « siblings » éphémères est aussi très sympathique, d’autant plus lorsqu'il s’agit d’une cité aussi complexe que Varanasi.

Fascinante Varanasi

Varanasi est bien à la hauteur de sa légende, pleine de paradoxes et fascinante pour ceux qui prennent le temps de l’explorer. Les berges du Gange ont le charme désuet des pays d’Antan, évoquant par leur lumière et leur atmosphère certains tableaux de la Renaissance. Mirage perturbé par les seules publicités Airtel (opérateur téléphonique) peintes sur les coques d’embarcations de fortune flottant sur le fleuve impassible et majestueux.

Il faut se perdre dans les ruelles étroites de la vieille ville (Gali), encombrées de shop et de temples étriqués, et se poser tout autant sur les Gaths ornés de palais délabrés et de marches démesurées. Si chaque Gath possède sa propre couleur et son esprit, les parcourir offre un des plus envoûtants spectacles de l’humanité.

Visiter seule Varanasi